L’Escrima

Historique

Serge PARISI

Serge PARISI

En 1521, apparaissent les premiers écrits espagnols relatant les origines guerrières du peuple philippin et différentes formes de combat avec armes jusque là transmises oralement. La machette et le couteau faisaient partie intégrante de la tenue vestimentaire aux Philippines et la survie de chacun dépendait de ses connaissances du combat, mais sous le régime colonial, très vite, le bâton prend la place des armes tranchantes, rendant l’Escrima Traditionnel plus complexe mais tout aussi efficace, faisant de ce système de combat, un véritable Art Martial.

Philosophie et concepts

Utilisation de la puissance du corps et de la réalité du combat et ce, à toutes les distances. La philosophie de l’Escrima Traditionnel est très simple : une technique ne peut être entièrement exploitée sans la combinaison des concepts d’équilibre, de puissance, de vitesse, de centre, de rythme et d’attitude. Quand tous ces éléments sont combinés le résultat est plus efficace que l’accumulation de nombreuses techniques. L’objectif de l’Escrima Traditionnel est de développer les qualités de l’escrimeur, lequel peut avoir une pensée libre et s’adapter immédiatement.

L’Escrima traditionnel aujourd’hui

Présent un peu partout dans le monde : USA, puis Europe, l’Escrima traditionnel est une forme de self-défense enseignée à l’aide d’un bâton en rotin. On constate très vite que toutes les techniques sont applicables avec n’importe quel autre objet (machettes, couteaux, stylos, …) ou à mains nues.

Les commentaires sont fermés